Signaux d’alerte

Signaux d'alerte

Les proches sont souvent en première ligne pour aider quelqu’un qui traverse une période de crise. Encore faut-il réussir à détecter le mal-être, c’est pourquoi en connaître les signes est indispensable. Pour cette raison, STOP SUICIDE informe sur ces signaux d’alerte auxquels ami.e.s, collègues et famille peuvent être attentif.ve.s.

Le signe d’alerte global est d’avoir l’impression de ne plus reconnaître la personne.

Tu t’inquiètes pour un.e proche ? Trouve de l’aide ici !

Annuler à répétition des rendez-vous, se retirer des réseaux sociaux ou au contraire y passer tout son temps, éviter le contact avec ses amis, sa famille et ses proches sont les signes d’un malaise vis-à-vis de l’entourage.

Ne pas arriver à dormir ou au contraire dormir beaucoup plus que d’habitude peut révéler qu’on trouve du réconfort dans le sommeil ou qu’on est trop préoccupé.e pour arriver à dormir.

Se distancier de ses centres d’intérêt et des activités qui procurent habituellement du plaisir révèle une profonde démotivation, qui peut aller jusqu’à l’abandon des études et de ses projets d’avenir.

Montrer de brutales sautes d’humeur qui semblent déplacées ou disproportionnées est un indice de mal-être. Revenir soudainement à la sérénité est aussi inquiétant : cela peut être le signe qu’un « plan suicidaire » a été établi.

Consommer de l’alcool ou des stupéfiants de manière répétée, abusive ou inhabituelle, parfois au point d’en être malade, est une manifestation typique du mal-être

Changer ses habitudes alimentaires, perdre l’appétit ou au contraire manger beaucoup plus et plus souvent, accompagné d’une perte ou d’une prise de poids, peut être l’expression physique du mal-être intérieur.

Certains événements de vie peuvent générer du mal-être. Dans ces moments-là, il est important de soutenir la personne et d’être attentif aux signaux d’alerte:

  • Le décès d’un proche
  • Une séparation
  • Des relations familiales difficiles
  • Un divorce
  • Un déménagement
  • Une situation de discrimination, de harcèlement, de violences physiques ou verbales (envers soi ou envers un proche)

Une personne qui a des pensées suicidaires va parfois les exprimer de manière détournée. Voici quelques exemples de phrases qui doivent alerter :

  • « Vous serez bientôt débarrassés de moi »
  • « Je ne sers à rien »
  • « Je veux mourir »
  • « Je veux en finir »
  • « J’ai envie de disparaître »
  • « Vous serez mieux sans moi »

nous suivre


Inscrivez-vous à la newsletter